Translate

ANNIVERSAIRES MOTO CLUB INDIANOS, 2021. V RALLYE DEL NORTE ET X RALLYE DE COLOMBRES. (FRANÇAIS)

 Avec la gueule de bois de deux semaines intenses de motocyclisme classique, il est temps de mettre de l'ordre dans nos idées et de revenir sur les événements de cette étrange année 2021. Alors que tout semblait perdu et que nous nous apprêtions à continuer les préparatifs de quelques modestes rallyes, la nouvelle tant attendue est arrivée de manière inespérée. Le signal vert pour les événements sportifs en plein air et la fin des restrictions, la Principauté ayant déclaré la pandémie sous contrôle. Quelle joie et quel peu de temps pour tout planifier. Heureusement, la machinerie que le Moto Club Indianos a perfectionnée au cours des dix dernières années fonctionne toujours parfaitement et, avec une force et un optimisme redoublés, le défi a été relevé avec plus d'enthousiasme que jamais.


Notre premier Rallye, appelé Rallye du Nord de l'Espagne, a atteint sa cinquième édition et pour cette date importante nous avons déployé une série de nouveautés qui ont ravi le grand groupe d'enthousiastes qui ont décidé de nous rejoindre. Tout d'abord, nous avons élargi notre offre hôtelière pour répondre aux goûts et aux poches de chacun. Ainsi, en plus de notre centre d'opérations dans le fantastique Parador Nacional Monasterio de Corias, à Cangas de Narcea, qui, pour ceux qui ne le savent pas, est considéré comme le meilleur hôtel rural d'Espagne, nous avions une alternative accueillante dans l'hôtel La Casilla, situé à quelques kilomètres, où nous étions très heureux de profiter de ses installations et de son excellente cuisine.

 

Le Rallye a commencé comme d'habitude à Colombres, quartier général du Moto Club Indianos, où ont eu lieu les inscriptions et la distribution du pack de bienvenue, qui comprenait cette année un gilet réfléchissant commémoratif que nous porterons avec fierté toute l'année. Nous avions également des dossards, des T-shirts, des plaques souvenir et des fiches de route qui, pour la première fois, comportaient des codes QR afin que nous puissions avoir le parcours sur nos téléphones portables. Cela a été d'une grande aide et a été très bien accueilli par tous. Pour les plus traditionnels, suivre les indications est très facile car, en plus des fiches d'itinéraire, le parcours est balisé quotidiennement, ce qui facilite la navigation pour tous les types de désorientés. 


 

Le mardi 28 septembre, le grand groupe de passionnés s'est élancé vers l'ouest sur un nouveau parcours qui allait ravir tout le monde et mettre à l'épreuve aussi bien les mécaniques que les physiques. Un long parcours, traversant le nord de León, qui combinait parfaitement les cols de montagne de San Glorio en Cantabrie et de Leitariegos dans les Asturies avec les routes larges et rapides de León et ses paysages ouverts, du majestueux réservoir de Riaño aux vallées vertes de Laciana. Une mention spéciale doit être faite pour les petites cylindrées qui ont terminé l'épreuve difficile avec les honneurs et leurs courageux pilotes qui ont enduré la difficulté de l'épreuve avec le vétéran et les bonnes compétences motocyclistes qui caractérisent nos participants.

 


En avant, quatre routes pour explorer en profondeur les paysages des Asturies occidentales qui ont plu à tout le monde et de quelle manière. Nous avons commencé par une deuxième journée à parcourir des cols de montagne et à visiter le centre d'interprétation de la forêt de Muniellos et le sanctuaire d'Acebo. Un petit tour pour reprendre des forces et profiter du temps pour discuter et admirer les motos des autres participants. Quel grand sentiment que de se sentir à nouveau en vie en faisant ce que l'on aime le plus.

Et de la montagne à la mer, de visiter pour la première fois dans cet événement le charmant village de Castropol sur les rives de l'estuaire de l'Eo pour profiter de la nourriture qui est préparée sur chaque parcours et qui comprend toutes sortes de snacks et où la plancha fonctionne à plein rendement pour offrir des plats chauds à ces courageux motards. Cet aspect est l'un des plus soignés par le Moto Club et reçoit toujours les félicitations de tous.

 


 


Le quatrième itinéraire nous ramène à la côte, pour lequel il est indispensable de passer par des cols de montagne à l'aller comme au retour, le menu est donc très complet. Cette fois, nous visitons Villa Blanca (Luarca), puis nous déjeunons à Puerto de Vega, un beau et paisible village de pêcheurs. Manger une fabada asturiana au bord de la mer et sous un agréable soleil d'octobre était tout simplement splendide.


Pour notre dernière balade dans l'ouest, quoi de mieux que le parc naturel de Somiedo, avec notamment l'ascension du mythique Farrapona pour contempler les lacs de Saliencia. Cette partie de la province a un attrait particulier et les routes solitaires sans ronds-points ni feux de signalisation sont un paradis sans pareil pour les motards. Cela a été confirmé dans leurs commentaires par tous ceux qui ont voulu venir célébrer avec nous cet événement bien établi.


 

Les nombreux kilomètres parcourus en quelques jours font souffrir la mécanique de ces vénérables vieilles dames et il est de tradition de passer les soirées, bière à la main, sur le parking de l'hôtel à réparer et à aider les autres à être prêts pour le lendemain. Le fourgon de soutien et de secours retourne à l'hôtel avec les "cadavres" dans la "remorque de la honte". Ici, la camaraderie des motards est bien vivante et le fait de donner des pièces détachées ou de gaspiller deux heures de votre temps à aider les autres est une satisfaction personnelle qui crée des liens d'amitié qui durent des années. Pour beaucoup, cet événement est l'occasion de se retrouver régulièrement entre amis et croyez-moi quand je vous dis que cette année, ce fut la meilleure des thérapies de groupe.

 





Le temps passe vite quand on s'amuse et il est temps de rentrer à Colombres. Le temps n'était pas très bon, nous avons donc décidé de changer d'itinéraire et d'opter pour la meilleure alternative. C'était une bonne décision qui nous a facilité le retour, en traversant les Asturies sans être mouillés et avec des températures agréables. En chemin, nous avons pu apprécier l'art préroman et un repas au bord de la mer sur la magnifique plage de Rodiles.


 

Arriver au "quartier général" du restaurant La Parra et voir son parking rempli de classiques s'inscrivant pour le dixième Rallye de Colombres a été une injection de vie que je n'ai pas de mots pour vous décrire. Les émotions étaient fortes et chaque réunion était un mélange de rires et d'une larme d'émotion occasionnelle. L'épreuve que nous avons traversée a été difficile et le fait de retrouver de vieux amis et de pouvoir à nouveau profiter de la vie et de ce hobby dépasse tous les adjectifs de mon vocabulaire. Le monde de la moto classique est très différent de celui de la moto moderne, ici la moto est vécue avec la passion du vétéran, les personnes comptent plus que les machines et les histoires et cicatrices partagées ne comprennent pas les réseaux sociaux ou les chiffres. Une langue internationale partagée par l'anglais, le français, le néerlandais et l'espagnol, pour ne citer que les plus nombreux, qui, malgré la barrière linguistique, parvient à transmettre les émotions les plus complexes d'un simple regard.


Réunis sur la place mythique de Colombres le 4 octobre, nous avons commencé la semaine des parcours quotidiens avec une affluence qui nous a surpris et qui rend notre anniversaire très spécial. Nous sommes dans les Picos de Europa et pour apprécier le paysage nous sommes allés à Tresviso, un village au charme particulier au milieu des montagnes. Comme deuxième départ rien de mieux que de visiter le célèbre village de Fuente Dé avec un arrêt à Potes et une montée au Monastère de Liébana car il ne pouvait en être autrement. Nous continuons le Rallye et comme troisième itinéraire nous nous dirigeons vers la côte pour visiter un des joyaux des Asturies, l'unique village de pêcheurs de Lastres et ses rues escarpées avec en toile de fond la Sierra del Sueve. Le temps est excellent et le moral est au plus haut, malgré les nombreux kilomètres accumulés, la perspective de la route d'aujourd'hui qui nous fera passer par les terres de Palencia nous invite à continuer à rouler et à profiter.

 


Ce soir, nous célébrerons un dîner de type espicha à l'extérieur de La Parra où tous les participants se retrouveront pour passer une soirée de fraternisation. Le Rallye de Colombres se caractérise par le grand nombre d'hôtels et c'est lors de cette nuit que tous les groupes dispersés dans les hôtels se retrouvent en même temps au même endroit.




 

Le vendredi commence avec le départ de l'épreuve principale du Rallye, les 300 miles de Colombres. Une épreuve d'endurance qui a compté avec une grande participation cette année et dans laquelle machine et pilote sont poussés à la limite. Plus de 500 kilomètres sur ces motos et ces routes est une épreuve difficile pour laquelle il faut partir à huit heures du matin et y consacrer toute la journée. Une réunion la veille informe les participants du nouveau format de l'épreuve dans lequel les points de contrôle ont été éliminés au profit d'une preuve photographique du passage dans les différentes parties du parcours, donnant ainsi aux pilotes plus de temps pour réaliser l'épreuve sans la pression des horaires. Les participants à l'événement ont convenu que ce système est bien meilleur et les éloges sur le parcours ont été unanimes.




 

À dix heures du matin, le parcours quotidien est également spécial aujourd'hui avec 300 kilomètres à parcourir et une visite très intéressante à Burgos, le beau hameau d'Orbaneja del Castillo avec son impressionnante cascade et sa route pavée entourée du paysage époustouflant qui l'embrasse. L'ambiance du déjeuner était à couper le souffle avec toutes ces belles motos à l'ombre des arbres et l'atmosphère de camaraderie qui régnait dans l'air.

 



 

Tout est prêt pour le week-end. Le spectacle commence. Samedi, le grand jour de l'événement, nous commençons par le parcours quotidien qui part à dix heures du matin, comme d'habitude, qui nous emmènera sur un parcours léger dans lequel nous visiterons le Mirador del Naranjo de Bulnes pour revenir bientôt à la place de Colombres et profiter de la Subida Bustio-Colombres 12+1, qui cette année célèbre sa huitième édition et qui a été un beau spectacle que nous devons remercier le bon travail de "Tino" Cobo, qui a réussi à tout organiser en un temps record. C'était un vrai régal d'entendre le son tonitruant des échappements libres à plein régime vers Colombres. Cette année encore, nous avons eu l'honneur d'avoir la légende nationale du motocyclisme, César Gracia, pour ouvrir la course avec nous. À quatre-vingts ans, il nous a donné à tous une leçon d'enthousiasme. Je ne pense pas que j'oublierai jamais ses mots après la course : "c'était très court, j'aurais aimé continuer". Cette année, il n'y a pas eu de contre-la-montre et il n'y a donc pas de liste de vainqueurs, mais si l'on écoute ce que les coureurs eux-mêmes ont dit, c'était quand même très amusant.

 











 


Il est maintenant temps de se détendre et de déguster un délicieux ragoût de pois chiches à côté des motos, de prendre des photos et d'écouter de la musique mélangée au bruit des moteurs. Pour le dessert, nous nous arrêterons au neuvième marché de pièces détachées pour voir s'il y a quelque chose à ramener chez nous.


 

Le dimanche arrive, le dernier jour et aussi plein d'événements. Route vers le Mirador de Santa Catalina, l'un des plus impressionnants que je connaisse, pour revenir sur la place et déguster à nouveau une fabada typique entourée de la meilleure ambiance. Aujourd'hui, la sixième édition du Motocross classique s'est déroulée dans la spectaculaire prairie de La Cantera, en présence d'un grand nombre de personnes qui ont apprécié le spectacle offert par les coureurs et qui a été orchestré par Luis Antonio Bolado, qui a annoncé sa retraite en tant qu'organisateur et que nous aimerions convaincre de continuer avec nous, car rien ne serait pareil sans son grand travail. Une fois de plus, les champions Titín Saiz et José Ángel Mendivil étaient là, attentifs à tout ce qui se passait, appréciant comme toujours avec les yeux jeunes de ceux qui aiment ce sport.

 










Et pour compléter l'offre de la journée, la course la plus attachante de toutes, celle des garçons et des filles sur leurs motos jouets, qui en est à sa sixième édition et ne déçoit jamais ceux qui viennent assister à ces promesses.




Il est temps de se dire au revoir et nous partons avec un grand sourire sous nos casques et un sentiment indescriptible, celui de vivre à nouveau.



 

No hay comentarios:

Publicar un comentario